La lettre d’information

La lettre du Coaching Orienté Solution® n°24
Septembre 2016

Septembre 2016 | La lettre COS n°24

Le billet de Sandrine Clergerie

Pourquoi avons-nous choisi la voie du coaching ? Si la réponse appartient à chacun d’entre nous, à titre individuel, il y a cependant une probabilité pour qu’une certaine représentation du « vivre ensemble », du « faire ensemble » fasse consensus. Quoi que certains accompagnements puissent tendre vers la fabrique de champions et être davantage orientés compétition que coopération. C’est peu probable pour un praticien COS : à moins d’y entrer parce que nous avons vu de la lumière, l’école et le courant de pensée choisis parlent d’une intime conviction. C’est à une variation sur ce thème de la coopération que nous a invités la Journée d’Etude du COS le 1er juillet dernier, sous une nouvelle formule interactive constituée de trois ateliers. L’atelier sur l’intelligence plurielle, animé par Fabienne Bernard, fut une belle expérience de coopération en actes et en musique, sollicitant pour ce faire nos ressources émotionnelles, sensorielles et sensibles, souvent et injustement laissées pour compte dans l’univers de la productivité. Celui sur le biblio-coaching, animé par la pétillante Emilie Devienne, nous a sensibilisés à un vecteur de coopération aux immenses possibilités, le texte, suscitant une autre forme de réflexion et d’élaboration chez les personnes accompagnées. Enfin, l’atelier animé par Alex Lainé a exploré la posture clinique en tant qu’accélérateur de coopération, dans le cadre d’un accompagnement à visée non thérapeutique. La formule des ateliers a remporté vos suffrages, à l’immense majorité selon les témoignages recueillis en fin de journée, en particulier parce qu’échanges, co-élaboration et coopération y ont naturellement trouvé leur place. Les thèmes abordés, la qualité des animateurs, l’interactivité et l’ambiance sont les quatre critères principaux de votre satisfaction. Si le succès de cette rencontre annuelle va croissant, c’est qu’elle constitue l’occasion d’interroger ses pratiques, d’explorer des voies créatives et surtout, de se retrouver. La vie de coach n’est pas un long fleuve paisible, les places sont chères pour tous, et pourtant, la principale motivation à assister à cette journée, c’est bel et bien la qualité relationnelle et « l’être ensemble ». Revenir aux sources, échanger avec des pairs, partager un moment convivial, maintenir le lien avec les camarades de promotion, voici les points émergeants à près de 100 % de vos témoignages. Preuve, s’il en était besoin, que même dans un monde de compétiteurs, la coopération est inscrite dans nos gènes. Et si, selon Sennett, cette capacité sociale nécessite néanmoins un rituel pour s’épanouir, ne serions-nous pas les artisans d’un nouveau contrat social ? Cette édition vous invite à prolonger la réflexion.